une île de petite douleur

quand l’hiver rogne
nos surplus
sculpte des silhouettes
penchées
avec du vent

j’apprivoise un écho
là où ma chair s’épaissit
par temps froid

une toux de chamane
qui ouvre un oeil
au travers des heures

une île
de petite douleur
où mon âme rejoint
les fleuves immobiles

 

 

(photographie : Florence Noël)

 

 

 

Publicités

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s