d’une enfance étonnée

je vous parle d’une enfance
étonnée
ce cosmos utérin
qu’on ne délivre jamais
à aucun terme
sinon comme passeport
pour l’autre naissance
étonnée
et lumineuse

lorsque tout noeud sera dénoué
tout lacet défait
pieds nus dans l’herbe
de verts paturages

cette enfance mienne
un goût
une odeur
à peine

la vôtre aussi
qu’en frissons vous évoquez
malgré vous

 

 

 

 

(photographie :  Florence Noël)

 

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “d’une enfance étonnée

  1. Ne désarmez-pas tant de vigueur, l’amie !
    Une ode du vieux Ronsard ne tiendrait pas mieux
    La route (pas plus qu’une version latine) face

    À tant d’esprit et face à tant de cœur !

    Cet amour fou des belles rimes nous fait atrocement
    Haïr l’ennui, c’est sûr, et tout ce qui endort l’esprit !
    Insignifiance, ne comptera jamais parmi les mots de votre
    Excellent vocabulaire… Car, de toute évidence :
    Réussite, convient parfaitement. Ce poème est un succès !

    J'aime

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s