ils s’en vont

ils s’en vont
ne se retournent que sur l’or
friselis du silence
brisent d’un sillage
l’ondulation des blés
verts encore
qu’écume
la colère mouvante
de l’ennui

tout s’en va
sempiternellement

ce qui reste est ce qui meurt

dans ma sébile
tourne et tourne
l’aumône des voyageurs

 

 

 

 

(photographie : Florence Noël)

 

 

 

 

 

Publicités

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s