oh… beauté

cette accointance
avec la tristesse
son fleuve latent
oh beauté
laisse-moi laver mes yeux
dans ton dernier sang

et depuis le jour né
de la première lumière
le baiser de tes paupières
oh beauté
laisse-moi oindre tes tempes
de mes larmes

le monde meurt depuis
et dans mon giron
chante la souffrance
oh beauté
laisse-moi étreindre l’esprit-
cheval entre mes cuisses

ici l’ailleurs du souffle
là l’intime du rien
oh beauté
laisse-nous nos déserts
pour t’épouser

 

 

 

 

(photographie : Florence Noël)

 

 

 

 

Publicités

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s