Haleine

descendue
avant toi
rien ne bougeait encore
puisque hors de ton regard
il n’y avait que peu d’espace
entre le feu et l’eau
un seuil
seulement

simple salutation au soleil
déjà assis à ta place
les coudes plissant la nappe fleurie
et dehors
le chuintement des voitures
déchirait les flots
et le frais du matin

puis tu fus là
la casserole chantait un air
très doucement balancée
presque du Bach
– Si j’avais un violoncelle-

l’humidité resserrée
tout contre tes épaules
et toi le doigt en point d’interrogation
quel secret sous la peau du lait ?
de quelle attente durcit cette carapace ?
ce bol est un miroir sans tain…

ses flancs
remplissait tes paumes
d’énigmes infinies
que tu brisais d’une haleine distraite

cette ride
avait l’âge du monde
augmenté
de toi

 

(extrait de « Au hasard de la lumière »)

 

 

Photographie : Florence Noël

Publicités

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s