nous mangeons du feu

nous mangeons du feu
en petites secondes du feu
à la petite cuillère du feu
déglutissons la lave

le commerce d’incandescence
est déjà une épreuve pour l’ange
alors pour nous…

nos yeux ne sont pas assez caves
pour remiser toutes les larmes
suscitées par ce monde

nous mangeons nos langues
cuisinées dans le désert
de chacun de nos abandons

et parfois nous geignons
dans le dialecte vermillon
que les muets s’inventent
en guise de conscience

 

 

 

 

(photographie : Florence Noël reliefs de sarcophage romain. Rome)

Publicités

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s