autoportrait

de plus loin ce regard
sur son carré de papier
moiré
toutes affaires cessantes
pour cette pose jetée
à la face du temps
qu’on nous y reconnaisse
qu’on se dise c’est bien moi
puis que tristesse nidifie
dans la cendre du grain
mêlée un jour c’est sûr, une nuit
de tous les regards
à l’humus, à la mer
à l’air insensible et dolent
à la marge de mains
étrangères

et quelle tendresse me sauvera
de n’être rien ?

 

 

 

 

Publicités

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s