le revers de la lucidité

elles sont noires les lèvres
où pèsent les mots
qu’on dit en s’éloignant
un fil noir
où tranche le sourire
qui ment

 

*

 

ils ont de leurs sentences
conscrit la part du faire
et du mal faire
ces libres oiseaux
de nuit

mes paumes refermées
sur deux néants
j’arpente – sans toi –
le revers de la lucidité

 

*

 

il y a maldon
dans ce trop voir
pensent-ils
jeunesse se fait contre
sagesse
pensent-ils

la liberté est longue
à digérer
ai-je omis de leur dire
et l’étoffe des âmes
si fine
quand le soir vient

 

*

 

le moiré de cette trame
c’est l’espérance

elle tâte, elle questionne
comment l’obtenir ?

tout est dans la manière
de tisser les mots
qui naissent entre
nos corps

 

 

 

(photographie : Florence Noël)

Publicités

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s