en ton jardin

en ton jardin
il se figure un corps
haletant de bruissements
un air rapide à l’atome frais
fouette de jeunes branches
et l’épiderme grumeleux
exsudant de rosée

en ton jardin dormir
est un acte frémissant

partir une effraction
et mourir la réminiscence
de la création

 

 

 

 

 

(photographie : Florence Noël)

Publicités

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s