voilà les orgues grises

voilà les orgues grises
tissées de cumulus
voilà la grande cérémonie mammaire
les ténèbres rassemblées en colloques
la décapitation d’un jour
aux ardeurs si vives

petitement
j’arpente ses heures
pentues l’air y manque

humblement
je me protège de l’ire
des cieux

et tu ris
notes fêles
tu te moques lentement
de mon instinct de bête
cherchant dans la pâture
l’abris
ou bien l’issue

 

 

 
(photographie : Florence Noël)

Publicités

2 réflexions sur “voilà les orgues grises

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s