sa tête en tissus usé

longtemps il a tenu
seul
sa tête en tissus usé
à la trame transparente

la nuit parfois
y luisait la rouge fleur du mal

vous ne l’aperceviez pas
d’emblée
dissimulée sous son chapeau

en dedans elle tintait
un bourdon d’agonie
une rengaine troglodyte
à maudire à finir

par déchirer la toile
de ses deux mains
blanches et ailées

je vous parle d’un homme
aux confins de l’amour
qu’il nous faut désormais
colmater
de baisers

 

 

 

(photographie : Florence Noël)

Publicités

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s