frontières 2 : le mur

Frontières 2 :
Le Mur

 

 

tu regardes son ombre
emprisonner la tienne
et ta maison
et l’olivier
gardant au cœur sous sa pulpe
l’odeur des mains du grand père

et le soleil ne couche plus
son feu
sur l’appui de fenêtre
quand le soir vient

parfois
tu colles l’oreille sur sa surface
il te chuchote
« je suis la peur, je suis ta peur, je suis leur peur »

on le longe
ruban de moebius
utile en rien
il n’est qu’appui pour
le renon

 

 

(photographie : Florence Noël)

Publicités

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s