Variations sur une cuisine (2)

(2)

Candice berce un pain contre sa poitrine. Rondeur faite pour l’étreinte lente, poudrée de farine et à coup sûr encore tiède. Cela se voit à cette complicité entre le soulèvement du sein, à chaque respiration, et le soupir que la mie rend en écho. De son corsage quelques dentelles ondulent, de blancs travaux qui ont occupé de blanches nuits. La mise est nette, toujours, car ainsi le veut la fonction, le maître et la survie. Elle oscille de droite à gauche. L’aube sourd sous les volets encore tirés. Puis de gauche à droite. Son pied désespère du sol sans bienveillance qui ne lui épargne aucune peine. Elle trébuche et sa main, sa longue main à la volette, sa main fendillée sous le sabre d’un hiver de l’âme, sa main se pose sur le buffet laissant une empreinte crayeuse. Elle se reprend d’un cri, « Pardon mon bébé, pardon » et tombe à genoux en déchirant la mie jusqu’à son ventre. « Relevez-vous Candice, un peu de tenue » murmure-t-elle avec la voix du maître, « Vous en aurez d’autres » se réplique-t-elle avec la mimique pincée de Madame. Puis plus bas, dans un râle « Surtout, remettez-vous vite. Mon mari apprécie beaucoup votre service ».

 

 

 

Photographie (Flickr Commons)

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Variations sur une cuisine (2)

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s