Serrez les mains, c’est ce qui compte

Un texte de Lucien Noullez, écrivain, poète, chroniqueur, romancier, diariste belge, écrit ce 22 mars 2016

 

Je voudrais d’abord que vous sachiez que je pleure depuis ce matin.Une dame me dit aujourd’hui : »C’est l’apocalypse »… Je lui réponds : « C’est l’apocalypse depuis si longtemps, en Afrique, et partout ailleurs où les gens sautent, où les enfants crèvent, etc. ». L’apocalypse (en grec, : la levée du voile, le dévoilement) est un livre. C’est un livre qui dévoile la violence. Qui la révèle, et qui montre son cheminement vers l’espérance. Je ne ferai pas d’exégèse (même si je crois que la lecture de l’Apocalypse peut aider aujourd’hui). Mais, si, comme moi, vous avez ressenti, dans l’horreur, ce gout de serrer la mains aux humains, ce gout de nous dire : la destruction du monde n’est pas la fin du monde, alors, même si vous ne l’avez jamais lue, vous êtes des vivants, selon le dernier livre de la Bible. Et si vous vous moquez de la bible, ne vous en faites pas. Serrez les mains, c’est ce qui compte

Une réflexion sur “Serrez les mains, c’est ce qui compte

N'hésitez pas... Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s