mai dépoitraillé

nous voilà dans
mai dépoitraillé
qui nous danse

sur quel fil étendre
l’espérance
rincée aux eaux
souillées de slogans ?

son ombre ondoyante
sème l’ancolie
que l’oeil affamé
cueille puis brûle
d’un clignement

 

 

 

(photographie : Florence Noël)